Covid-19: la hotline 8002-8080 offre désormais un soutien psychologique

Communiqué par: ministère de la Santé
La hotline 8002-8080, mise en place dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, offre désormais un soutien psychologique multilingue, sept jours sur sept, de 7 à 19 heures. En période de confinement liée à l’épidémie de Covid-19, beaucoup de personnes en situation de crise, d’angoisse ou de mal-être se retrouvent seules face à leurs interrogations et incertitudes. Ce service de soutien psychologique par téléphone est donc offert à tous ceux qui en ressentent le besoin. Il est opéré par des équipes hautement qualifiées et préparées à accompagner une personne en détresse, notamment vers une téléconsultation.

L’état de crise prolongé pour trois mois

L’état de crise, en vigueur depuis le mercredi 18 mars, sera prolongé pour une durée maximale de trois mois.  Réunis en séance publique le samedi après-midi à 14h, les députés ont adopté avec 56 oui  (4 députés étant excusés) le projet de loi 7534 permettant au gouvernement de proroger l’état de crise, déclaré par le règlement grand-ducal du 18 mars 2020, pour une durée maximale de trois mois.  

Informations pratiques

Retrouvez la vidéo de la séance publique, ainsi quelques photos de la séance publique ainsi qu’un extrait de la réaction des députés.

Afin d’assurer la distanciation sociale préconisée pour éviter une propagation trop rapide du virus, des sièges resteront vides et les députés ne prendront pas tous place sur leurs sièges habituels. Ceux qui ne seront pas assis en salle plénière, suivront la séance dans un autre local de la Chambre.

Face à la crise sanitaire que pose le COVID-19, le gouvernement- en étroite concertation avec le Grand-Duc, la Chambre des Députés et le Conseil d’Etat- avait décidé de déclencher l’état de crise lui permettant de prendre des décisions législatives rapides et urgentes sans devoir passer par la voie législative traditionnelle. La déclaration de l’état de crise est encadrée par la Constitution luxembourgeoise par l’article 32 (4) de la Constitution. Plus d’informations.

Suite à la présentation du rapport du député Mars Di Bartolomeo (LSAP) sur le projet de loi permettant au gouvernement de prolonger l’état de crise instauré par le règlement grand-ducal du 18 mars, les députés suivants ont pris la parole :

  • Martine Hansen (CSV) a déposé une motion et une résolution
  • Gilles Baum (DP)
  • Georges Engel (LSAP)
  • Josée Lorsché (déi gréng)
  • Fernand Kartheiser (ADR) a déposé trois motions (mais qui seront discutées et votées à un moment ultérieur)
  • Marc Baum (déi Lénk)
  • Sven Clement (Piraten)

Les députés ont adopté avec 55 oui une motion demandant au gouvernement à informer le plus rapidement possible la Chambre sur tout changement modifiant le règlement grand-ducal. La motion demande encore au gouvernement à préparer, là où cela est possible, un ou plusieurs projets de loi pour prolonger, le cas échéant, des mesures spécifiques limitées dans le temps et liées à la maladie du COVID-19 au cas où cela s’avérait nécessaire. Finalement, la motion demande aussi le gouvernement à préparer d’ores et déjà les mesures nécessaires pour l’après-crise.

La résolution également adoptée avec 55 oui conerne une adaptation du Règlement de la Chambre de manière à préciser les modalités d’utilisation des moyens de télécommunications (vidéoconférence etc) et de vote en temps d’état de crise.

La Chambre reste opérationnelle

Au début de la séance publique, le Président de la Chambre des Députés Fernand Etgen a rappelé que : « pendant l’état de crise la Chambre des Députés reste opérationnelle. Surtout dans un état de crise, les principes d’un état de droit sont plus importants que jamais et la mission de contrôle de la Chambre est fondamentale. »

Afin de limiter la propagation du Coronavirus, quasi l’entièreté de l’administration parlementaire est au télétravail et les réunions des commissions parlementaires s’effectueront, à partir de la semaine prochaine, via vidéoconférence.

Le Parlement ne peut pas être dissout pendant l’état de crise. En outre, la Chambre peut à tout moment suspendre ou révoquer l’état de crise. En effet, le contrôle parlementaire est ainsi pleinement garanti.

——–

Les autres points à l’ordre du jour de la séance publique :

La modification à la Convention de non-double imposition entre la France et le Luxembourg, la « DAC 6 » et le Fonds spécial de soutien pour le développement du logement sont des autres points à l’ordre jour de la séance publique du samedi après-midi. Retrouvez l’article dédié à ces points.

Covid-19 : des aides aux entreprises

e rapport de la députée Carole Hartmann (DP) sur le projet de loi 7532 introduisant un régime d’aides en faveur des entreprises en difficulté financière temporaire à cause de la pandémie du Coronavirus a été adopté à l’unanimité. Un vote est prévu au cours de la séance publique de mardi après-midi (14h30). La députée Carole Hartmann a présenté les grandes lignes de son rapport aux députés membres de la Commission des Classes moyennes et de l’Economie, réunis en visioconférence.

Le projet de loi prévoit un régime d’aides en faveur des PME qui subissent des difficultés financières temporaires liées à la crise du COVID-19. L’enveloppe budgétaire mobilisée par l’Etat pour venir à la rescousse des PME s’élève à 300 millions d’euros (parmi les 8,8 milliards annoncés pour le Plan de stabilisation).

De manière générale, une aide de 500 000 euros maximum par entreprise est prévue pour faire face à la situation. L’attribution d’une telle enveloppe est néanmoins soumise à plusieurs conditions :

  • Les difficultés que connait l’entreprise doivent être du fait de la crise actuelle, et ne doivent pas être antérieures. Une entreprise en difficulté avant la crise n’est donc pas éligible.
  • Les aides sont des « avances récupérables ». Après une période de 12 mois, un redressement sera effectué pour voir au cas par cas comment l’entreprise compte rembourser les sommes touchées.
  • Les entreprises doivent prévoir un plan de redressement qui accompagne leur demande d’aide afin de montrer qu’elles réfléchissent à une stratégie de stabilisation financière dès le départ.

Certains secteurs, comme celui de l’agriculture, sont exclus de ces aides car ils relèvent d’autres régimes spécifiques.

Lors de la présentation du projet de loi la semaine dernière, les députés de l’opposition avaient suggéré d’élever le montant maximal des aides accordables de 500 000 euros à 800 000 euros, plafond fixé par la Commission européenne pour les aides sous forme de subventions directes, d’avantages fiscaux sélectifs et d’avances remboursables dans le cadre de la crise du Covid-19. Le Ministre des Classes Moyennes Lex Delles s’était montré réticent à revenir sur le plafonnement de l’aide, arguant qu’une modification des textes existants à ce stade entraînerait un délai supplémentaire et que la situation était urgente.

Des mesures sociales pour soutenir le milieu culturel

Lors de la présentation de son rapport, la députée Carole Hartmann a rappelé que le gouvernement avait introduit un amendement introduisant des mesures sociales pour soutenir le milieu culturel luxembourgeois. L’objectif de ces mesures : soutenir les artistes indépendants ainsi que les intermittents du spectacle pendant cette période d’état de crise où tous les événements culturels (ainsi que les rassemblements) ont été interdits.  Il s’agit notamment de mesures à caractère social comme le recours au chômage partiel, une augmentation des indemnités journalières, une aide sociale mensuelle jusqu’à hauteur du salaire social minimum pour personnes qualifiées ou encore des subsides pour les projets annulés. Retrouvez plus d’explications sur le site du gouvernement ou encore sur le site du Ministère de la Culture.

www.chd.lu